informations et ressources libres sur la Capoeira et ses traditions
www.capoeira-infos.org
ActualitesHistoirePersonnagesRessourcesLiens
ressources

A Revolta dos Malês / la révolte des Malés - source : www.multirio.rj.gov.br

Durant les premières décennies du 19ème siècles plusieurs rebellions d'esclaves explosèrent dans l'état de Bahia. La plus importante d'entre elles fut la révolte des Malés, une rébellion à caractère racial, contre a l'esclavage et l'imposition de la religion catholique, qui se déroula à Salvador, en janvier 1835. A cette époque, la ville de Salvador avait près de la moitié de sa population composée de noirs esclaves ou libres, des ethnies africaines les plus variées parmi lesquelles celles de religions islamique, comme les haussas et les nagôs. Ce fut eux qui organisèrent la rébellion, connue comme celle des "malês", mais ce terme désignait les noirs musulmans, qui savaient lire et écrire l'arabe.

En étant la majorité d'eux composée de "noirs de gains", ils eurent plus de libertés que les noirs des fazendas, en pouvant circuler dans toute la ville avec une certaine facilité, bien que traités avec mépris et violence. Certains en économisant une petite partie des gains que leurs maîtres leur laissait, réussirent à acheter leur émancipation. En janvier 1835, un groupe de presque 1500 noirs, menés par les musulmans Manuel Calafate, Aprígio, Pai Inácio, entre autre, organisa une conspiration avec comme objectif de libérer ses compagnons islamiques et tuer les blancs et les mulâtres considérés comme traîtres, qui devait être déclenchée le 25 du même mois. Il accumulèrent de l'argent pour acheter des armes et rédigèrent des plans en arabe, mais furent denoncés par un noir au juge de paix. Ils reussirent , quand même à attaquer le poste qui contrôlait la ville, mais, dû à l'infériorité numérique et de l'armement, il finirent massacrés par les troupes de la Garde Nationale, par la police et par des civils armés qui étaient apeurés par le possible du succès de la rébellion noire.

Dans la confrontation sont morts sept intégrants des troupes officielles et 70 du coté des noirs. 200 esclaves furent présentés devant les tribunaux. Leur condamnations varièrent entre de la peine de mort, aux travaux forcés, au bannissement et les fouets, mais tous furent soumis à des tortures barbares, certains jusqu'à la mort. Plus de 500 africains furent expulsés du Brésil et ré-embarquèrent vers l'Afrique. Malgré ce massacre, la Revolte des Malês servit pour démontrer aux autorités et aux élites le potentiel de contestation et de rébellion que réservait la maintenance du régime esclavagiste, menace qui a été toujours présente pendant toute la Période de la Régence et s'étendit au Gouvernement personnel de D. Pedro II.

source : www.multirio.rj.gov.br
illustrations : Debret

autres ouvrages sur ce sujet :

"Rebeliao Escrava no Brasil. A historia do levante dos males".
études de J.J. Reis
Sao Paulo, Edité par Brasiliense, 1986.

 

 

© aruera