informations et ressources libres sur la Capoeira et ses traditions
www.capoeira-infos.org
ActualitesHistoirePersonnagesRessourcesLiens
ressources

rapporté par Albano de Neves e Souza
"... Da minha África e do Brasil que eu vi..."
Luanda, sans editeur.

“Entre les Mucope du Sud, il ya une dance du zèbre N'golo, qui se déroule pendant l'Efundala, fête de la puberté des jeunes filles, quand elles cessent d'etre (muficuemas), petites et passent à la condition de femmes, prêtes au mariage et à la procréation. le jeune vainqueur du N'golo à le droit de choisir son épouse entre les nouvelles initiées et sans payer la dote. Le N'golo est la capoeira".

"Les esclaves des tribus du sud qui partirent de l'entrepôt de Benguela emmenèrent la tradition de lutte de pied. Avec le temps, ce qui était en principe une tradition tribale allait se transformer en une arme d'attaque et de défense qui les aida a résister e à s'imposer dans un milieu hostile."

"les pires bandits de Benguela en général sont "muxilengues", qui, dans la ville usent des pas du N'golo comme arme (…) Une autres des raisons qui me poussent a attribuer l'origine de la capoeira au N'golo c'est qu'au Brésil les "malandros" ont l'habitude de jouer un instrument qu'ils appelent Berimbau, et que nous apellons ici "hungu" ou m’bolumbumba, selon les lieux, et qui est typiquement pastoral, cet instrument suit les peuples pastoraux du Swalziland jusqu'a la côte oriental de l'Afrique"

[source : Luís da Câmara Cascudo. Folclore do Brasil (Pesquisas e notas). Rio de Janeiro, FUNDO DE CULTURA, 1967.]



dessins de Neves e Souza
© aruera