informations et ressources libres sur la Capoeira et ses traditions
www.capoeira-info.org
ActualitesHistoirePersonnagesRessourcesLiens
ressources

Profil / le manutentionnaire de la samba
Gerson da Anunciação, 76 ans, mestre Quadrado, raconte sa lute pour survivre
par Agnes Mariano - article publié sur le site Correio da Bahia /24/02/2002

Mestre Quadrado: "J'ai toujours appris à ne rien prendre aux autres et n'envier personne". Il suffit de demander, sans façon, avec sa voix puissante, mestre Quadrado commence à entonner une des centaines de chansons qu'il connait par coeur. Ce sont des anciennes sambas de roda, chants d'afoxés en Yoruba, des musique de "ranchos de boi" et des "ternos de reis". Comme ancien capoeirista qu'il est, il se souvient aussi d'une collection de ladainhas que quasi personne ne connait plus. Modeste, il répète toujours qu'il ne sait pas chanter, mais des fois il confesse: "Ce que je dit ici (il indique sa gorge), je le dit aussi ici, grace à Dieu (il montre ses pieds)", quand on lui demande s'il sait danser la samba. le plus incroyable néanmoins dans le parcours du chanteur, joueur de pandeiro, capoeirista, animateur culturel, manutentionnaire et main d'oeuvre Gerson Francisco da Anunciação, 76 ans, c'est qu'il n'a jamais pensé a survivre de son art : "Ici personne n'a jamais vu de ce coté ", dit-il, lui qui vit à Mar Grande, sur l'île d'Itaparica, où il est née et il a grandit. Mais, heureusement, certains amis finirent par enregistrer le premier CD du Mestre, où il commence à partager avec nous la beauté des musiques avec lesquelles dit-il tout orgueilleux " j'ai même fait danser la samba a un prêtre".

Etant un "fils de Gamboa", un des districts de Vera Cruz, mestre Quadrado à tout appris avec les anciens de l'île. Déjà petit , je restait à coté de la roda dominicale de Capoeira, en bas de la mangrove "Cocô de Galinha". Je regardait, regardait jusqu'a ce que je commence a "sauter la capoeira" aussi. "Tout était différent : les maitres n'étaient pas nombreux, il n'y avait pas de violence, il fallait montrer ce qu'on savait, cahnter une ladainha", dit-il. Les familles n'aimait pas que les fils se mettent à la Capoeira , qui était une chose de "valentão", mais son beau-père aussi aimait la capoeira et il restait là à dire " jusqu'a aujourd'hui je n'ai pas résisté, qaund le bérimbau joue, je devient fou", raconte-il, avant d'entonner une ladainha:

"O mundo de Deus é grande
Cabe numa mão fechada
O pouco com Deus é muito
O muito sem Deus é nada".

Vie de lutte

Sa mère meurt tôt, quand il a 7 ans, en le laissant, comme fils le plus vieux, dans l'obligation de pourvoir aux besoins de ses 5 frères: "Je vivait à l'intérieur des exploitation de café (cafezeiros), dénichant des crabes avec des perches, extrayant la roche et le gravier, coupant du bois dans la forêt, pêchant. Une dame nous a amené pour habiter avec elle, mais après elle nous a mis dehors parce que moi et mes soeurs , nous étions atteint de tuberculose. Mais Dieu est grand, et moi et mes soeurs nous sommes encore ici, et elle qui était saine est partie depuis très longtemps". Mestre Quadrado travailla aussi comme manutentionnaire sur les docqs d'Água de Meninos, "mais j'ai eu des ennuis à cause de l'argent et je suis revenu par ici ". A cette époque, il se souvient qu'il sortit une fois dans l'afoxé Filhos de Gandhy et dans les sambas du Gantois, "dans la romaria de Mãe Menininha". Des anciens sambistas de l'île, il se souvient aussitôt du guitariste Zé Pitaça et raconte: "Jai fait la samba dans tout ces endroits: Portão, Arembepe, Governador Mangabeira. Ou on nous apellait, on allait ". Il risque une explication pour tant de fascination: "Si tu fait une samba jolie, c'est toi seul. Si tu fait une samba laide, c'est toi seul, personne ne te dira rien. Dans la samba le respect existe, il n'y a pas de confusion", dit-il en ajoutant aussitôt :"Si la personne connait la samba, j'aime m'approcher près, mais elle doit m'écouter aussi". Au nom de la musique et de la fête, j'ai toujours participé aussi aux ranchos de bois - "je sors comme le dono do Boi" -, aux batuques, aux ternos de reis et afoxés. (…)

Aujourdhui, en posant, père de 2 fils et marié, il maintient toujours son corps musclé, buste et épaules larges qui firent qu'un collègue de Capoeira lui donna le surnom de Quadrado (carré), mais il était déjà presque oublié de beaucoup de ces histoire quand le groupe Samba Tradicional da Ilha, dirigé par mestre Jaime de Mar Grande, se resout à le tirer de l'anonimat. le CD, qui fut enregistré avec l'aide de beaucoup de personnes, sera lancé pour les invités au Bar Quixabeira. Pour mestre Quadrado, tout est naturel : "Dieu donnant la permission, on arrive à n'importe quel endroit ", (…) "J'ai toujours appris à ne rien prendre aux autres et n'envier personne". Selon lui, ce furent ces mêmes principes éthiques qui lui donnèrent un mystérieux pouvoir, il aime a repéter souvent : "je suis passé à l'interieur de la boue, en vêtements blancs, et je ne me suis pas salit ".

note : mestre gerson Quadrado est décédé le 17 avril 2005

© aruera