Capoeira : informations et Ressources / News & free ressources / Informaçoes & Fontes Suivez nous sur Facebook
www.capoeira-infos.org
ActualitesHistoirePersonnagesRessourcesLiens
personnages
Artistes & photographes

Hector Júlio Parude Bernabó "Carybé" (1911 - 1997)

A Capoeira da Bahia é uma só
Bimba e Pastinha são parceiros do jogo da sua criação
Símbolos da luta e do jogo
Aspectos fundamentais da sua vivência

Carybé nait le 9 février 1911, à Lanús, Province de Buenos Aires. à 6 mois il part en Italie avec ses parents Constantina et Eneas et ses 4 frères, où il restera jusqu'a l'âge de 8 ans. En 1919, il débarque d'un navire à Rio de Janeiro et s'y installe dans le quartier de Bomsucesso.

En 1927, il débute ses études à l'Ecole des Beaux-Arts de Rio de Janeiro, il les abandonne la seconde année pour retourner en Argentine, en 1929, pour travailler au journal "Notícias Gráficas", à Buenos Aires. Entre 1935 et 1936, il travaille avec Júlio Cortazar au journal "El Diário".

En 1937 il change pour aller au journal "Prégon" qui l'envoie à Salvador avec un projet ambitieux : faire un reportage sur Lampião. La seule chose qu'il se contente alors, c'est de dessiner les têtes du "rei do cangaço" et de ses compagnons, déjà décapitées. Le journal, pendant son sejour à Salvador ferme et cela pour un an. Carybé voyage en bateau le long du littoral, visitant diverses ville, jusqu'à Belèm; Il rentre ensuite à Rio de Janeiro puis à Buenos Aires.

Sa famille habite à Rio, il a alors à son palmares beaucoup d'emplois dans la publicité dans les journaux locaux, de São Paulo et de Buenos Aires, en plus d'avoir peint beaucoup de cartes de rues. Il se considère déjà à l'époque comme un "blanc suspect" , comme il dit.

Il entend dire que dans sa famille (mère gaúcha, père italien) il y avait une tante noire qui fumait dejà le cachimbo. Sa "morenisation" parut être une fatalité.

En 1939, il réalise sa première exposition colective avec l'artiste Clemente Moreau, au Musée Municipal des Beaux Arts de Buenos Aires et il illustre le livre "Macumba, Relatos de la Tierra Verde", de Bernardo Kordan.

Em 1940, il réalise des illustrations pour le livro "Macunaíma", de Mário de Andrade, et le traduit en espagnol aidé de Raul Brie. En 1941, il dessine l"Almanach Esso", dont le salaire lui permet de faire un long voyage à Montevidéu, Corumbá, Cuiabá, et de rencontrer les "garimpos" de Pochoréu, Lageado et Cassununga, Uberaba, Pirapora, Juazeiro da Bahia, jusqu'à arriver à Salvador ou il restent plusieurs mois. De la, il visite le Norte, le Nordeste en passant par Juazeiro do Norte, Fortaleza, Belém, Manaus puis ensuite la Bolívie pour enfin retourner à Buenos Aires.

En 1943, il réalise sa primiere exposition individuelle à la "Galeria Nordiska" de Buenos Aires. En 1950, à l'invitation du Ministère de l'Education, il vient à Bahia pour travailler et finit par résider à Salvador. Durant sa carrière, Carybé participe à plus de 200 expositions individuelles et collectives dans des musées et galeries d'art d'Europe, Etats-Unis, Canada, Africa, Brésil, Japon, Chine et divers pays de l'Amérique du Sud et Centrale, illustre des dizaines de livres, et réalise des fresques pour institutions comme, entre autres, le Memorial de Amérique Latine, American Airlines à l'Aéroport Kennedy de New York et Banco da Bahia.

Grâce à une recommandation de l'ecrivain Rubem Braga à Ministre de l'Education de Bahia, Anísio Teixeira, en 1950, Carybé reussit l'entreprise qu'il avait demandé a Dieu: dessiner des scènes baianaises.

"Ce fut la soupe au Miel. Je ne quitta plus jamais Bahia. A Bahia il y a tout ce qu'un peintre cherche : lumière, eau et mer ouverte. On y voit le corps humain en train de fonctionner".

Quand il décède d'un problème cardiaque, le 1 Octobre 1997, durant une cérémonie d'un terreiro de candomblé, à Salvador, il était déjà autant bahiannais qu'un autre étranger l'ethnologue français Pierre Verger, alors en vie. L'artiste souffre d'une insuffisance respiratoire chronique qui provoque un arrêt cardiaque fatal.

 

Bibliographie

 

o jogo da capoeira

O Jogo da Capoeira
24 Desenhos de Caribé
édité par Tipografia Beneditina en 1951, et distribué par la Livraria Turista, Salvador - BR.
1500 exemplaires furent imprimés

plus de détails


  "As sete portas de Bahia"
présentation de José de Barros Martins et Jorge Amado. Livaria Martins Editôra São Paulo 1962

Illustrations

Il réalise les illustrations noires et blanc, de différents livres traitant de capoeira, que ce soit pour des éssais : "Capoeira Angola", de Waldeloir Rego en 1968, mais aussi les couvertures des livres de Jorge Amado, Pierre Verger, mestre Acordeon, et de Nestor Capoeira. Ces dessins proviennent des rodas publiques de l'époques dont celle du Baraçao de Mestre Waldemar, située à Liberdade.

Films

"Capoeiragem na Bahia" (participation)

Carybé
photo tirée du film
"Capoeiragem na Bahia"

yemanja
illustration tirée de
"Bahia de Todos os Santos / Guia das ruas e misterios da cidade de Salvador"
textes de Jorge Amado
yemanja
illustration tirée de
"Bahia - Imagens da terra e do povo" de Odorico Tavares, 1961

 

traduction et recherche: Aruera / 2014
© aruera